B/ La révolution des transports : quels sont les progrès rencontrés dans les transports ?

DOC5.jpg

Après les prémices britanniques, le chemin de fer entre en France avec la mise en construction des lignes ferroviaires Saint-Etienne –Andrézieux (1823) et Saint-Etienne – Lyon (1826). La ligne Épinac-canal de Bourgogne est mise en service en 1835. Dès 1838,

Le Creusot fabrique ses premières locomotives, concurrençant les modèles anglais. La loi du 11 juin 1842 fixe le réseau en étoile autour de Paris avec le projet de construction de grandes lignes. Sur l’axe Paris – Lyon – Marseille, le tronçon Dijon – Chalon est achevé

en 1849 et la section Chalon – Lyon est terminée en 1854.

La loi du 12 juillet 1865 permet aux départements et aux communes d’établir des lignes de chemin de fer d’intérêt local. Le département de Saône-et-Loire est pris d’une véritable « fièvre ferroviaire » entre 1870 et 1913, avec une cinquantaine de projets et la construction de treize lignes. Le train à vapeur concurrence sérieusement les voies navigables, et déjà, en cette fin du XIXe siècle, de nouveaux moyens de transport font leur apparition : certains voués à un court avenir comme les locomobiles à vapeur sur routes (système Scotte) ou le train monorail (système Larminat), d’autres, au contraire connaîtront le succès au XXe siècle comme la voiture et l’avion.

Document 5 : demande de concession d'un chemin de fer direct de Calais à Marseille en 1874.

Questions :

1 – Quel moyen de transport est ici mentionné dans ce document ?

2 – Quelles villes est-il envisagé de relier par cette ligne ? Sur quelle distance ?

3 – Quelles sont les deux catégories de transport prévues sur cette ligne ?

4 – Quelles améliorations sont envisagées pour les voyageurs ?

5 – Quel délai est annoncé pour traverser la France ? A quelle vitesse ?