Archives départementales de Saône-et-Loire

Accueil > Le Creusot 1914-1918 > Le Creusot, un monde particulier sous le regard de Pierre Ferrier > La ville > Panoramique 1916 > Le puits Saint-Antoine

Le Creusot 1914-1918

Le puits Saint-Antoine

Le puits Saint-Antoine. Installation du chevalement provisoire en 1898. Entre 1898 et 1902. © CUCM, Collection Ecomusée, reproduction D. Busseuil.

L'extraction charbonnière, même d'importance marginale dans les approvisionnements des usines locales, a marqué le paysage creusotin dès les débuts de l'industrialisation à la fin du XVIIIe siècle. En plusieurs points de la Plaine des Riaux ont été construits une série de puits, reconnaissables à leurs chevalements et aux bâtiments des chaudières à vapeur. Le puits Saitn-Antoine était un puits d'extraction ; d'autres servaient à l'aérage ; d'autres de descenderie. (Bernard Clément, Le Creusot, Plaine des Riaux, Lectures du paysage industriel. Le Creusot, Écomusée de la Communauté Le Creusot-Montceau, réédition 2001).

L'extraction du charbon au Creusot a cessé pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les photographies montrent quelques étapes de la construction du puits Saint-Antoine ; on remarque particulièrement la charpente en bois recouverte ensuite d'une sorte de tour également en bois. A Montceau-les-Mines, au même moment, les chevalements étaient métalliques.

 

 

Le Creusot, le puits Saint-Antoine. Installation du chevalement provisoire en 1898.
Positif d'après plaque de verre, entre 1898 et 1902.
© CUCM, Collection Ecomusée, reproduction D. Busseuil.

Le puits Saint-Antoine. Installation du chevalement provisoire en 1898. Positif d'après plaque de verre, entre 1898 et 1902. © CUCM, Collection Ecomusée, reproduction D. Busseuil. Le puits Saint-Antoine. Puits mis en activité normale en 1902. L’installation d’un chevalement provisoire, puis du chevalement définitif (provenant du puits XXX), a débuté en 1898. Positif d'après plaque de verre, entre 1898 et 1902. © CUCM, Collection Ec

Espace personnel