Grande collecte 14 - 18

Contributions de particuliers à la mémoire de la Première Guerre mondiale

En novembre 2013, une soixantaine d’institutions patrimoniales, dont les Archives départementales de Saône-et-Loire ont participé à «La Grande Collecte» de documents personnels sur la Première Guerre mondiale, organisée à l’initiative des Archives de France, de la Bibliothèque nationale de France, de la Mission du centenaire et d'Europeana 1914-1918.

Cet appel, lancé au public afin de valoriser les archives privées de cette époque et de partager ce trésor de mémoire, notamment par une mise en ligne des documents prêtés ou donnés, a connu un vif succès. Que tous les participants soient ici vivement remerciés.
C'est le résultat de cette opération qui est présenté dans cette rubrique.

Une sélection de documents de chaque contributeur est également consultable sur les sites www.europeana14-18.eu et www.lagrandecollecte.fr  

Nous vous invitons également à découvrir un autre exemple de partage et de valorisation de la mémoire locale sur la Première Guerre mondiale à travers l'initiative d'une publication et d'une transcription collaborative du carnet de guerre de Jean Marin, soldat de Saône-et-Loire. 
 

Résultats 251 à 275 sur 1559 :   <<<123456789101112131415>>>

1559 résultats - Nombre de résultats par page :

Reure, Claudia

Claudia REURE reçoit une carte postale représentant un avion en plein vol dans lequel se trouvent deux individus. En haut, à droite, dans un médaillon figure la photographie de Jane HERVEU, aviatrice. Son identité est reprise dans la légende qui précise qu'elle pilote "un monoplan Blériot".

Reure, Claudia

Claudia Reure reçoit une carte postale d'un ami. Elle représente un soldat portant l'uniforme, assis, plongé dans ses pensées. L'image est très sombre, quelques fleurs étrangement lumineuses sont déposées à ses côtés. En légende "Le rêve". Au verso quelques mots de remerciements.

Reure, Claudia

Claudia REURE reçoit des vœux de bonne année sur une carte postale imagée. Cette dernière représente une infirmière revêtue d'une tenue blanche avec calot blanc sur lesquels figure une croix noire. Elle fait boire un soldat qui est assis. Il la regarde avec reconnaissance voire complicité. Pour légende "La convalescence. Doux moments". En haut à gauche figure en lettres calligraphiées cet intitulé "Les fiancés de 1915".


Reure, Claudia

Claudia REURE reçoit une carte postale imagée de Claude Thomas, un ami, daté du 12 mai 1919. Il la remercie pour l'argent reçu (probablement en remerciement d'un envoi de tabac pour le père de Claudia) et lui envoie trois brins de muguet. La carte représente un cadre avec la photographie d'un couple souriant : un soldat et une jeune femme,tous deux enlacés, tenant un bouquet. Au dessus du cadre est inscrit "Affection". Des branchages fleuris entourent le cadre, disposés sont dans un vase ou bien posés sur la table.

Reure, Claudia

Claudia REURE reçoit un carte postale pour la nouvelle année. Un soldat en uniforme, coiffé d'un képi est accoudé à son fusil. A ses pieds, on voit un trèfle à quatre feuilles. Les mots "Bonne année 1915" forment une banderole qui drape un fusil posé verticalement.

Reure, Claudia

Claudia REURE reçoit une carte postale imagée de Jeanne, une de ses jeunes amies datée du 28 novembre 1915. Cette dernière lui donne de ses nouvelles, parlent de la correspondance qu'elle entretient avec d'autres camarades. Au verso, un soldat, debout, le bras levé, il dresse son épée de la main droite et de la main gauche indique une direction. En arrière plan, de façon peu distincte on perçoit un enchevêtrement de corps. La légende qui occupe l'angle du bas à gauche est la suivante "Haut les cœurs! En avant! mes petits gars! suivez-moi! Ne tremblez pas!... La victoire nous appelle! Et puis, s'il nous faut mourir, la gloire va nous offrir une couronne immortelle!"


Reure, Claudia

Claudia REURE reçoit des cartes postales imagées de ses jeunes amies pendant la première guerre mondiale. C'est l’une d’entre elles, Félicie, qui lui présente ses bons vœux pour l'année 1915 et ne cache pas qu'elle attend avec impatience la fin du conflit. Au verso on voit d'une part un groupe de cinq personnes composé d'un couple de personnes âgées, d'une jeune femme, d'un jeune homme et d'un petit garçon, et, d'autre part des soldats et des officiers sous le drapeau français qui livrent combat. La juxtaposition des deux scènes traduit qu'en pensée, les civils sont prêts de ceux qui sont partis aux front. La légende est une traduction de cette évocation "Hommage à nos combattants. Hommage aux soldats qui, pour la patrie donnent tout leur sang pur et généreux, protègent l'enfant, la femme chérie, le tremblant infirme et le pauvre vieux. Sous les nobles plis du drapeau de France, nous ne pouvons pas nous ranger aussi, mais le coeur ému, battant d'espérance, à tous nous disons : courage! et merci!"

Reure, Claudia

Claudia REURE reçoit une carte postale imagée d'une de ses jeunes amies prénommée Joséphine. En premier plan une jeune femme, un bouquet à la main, le regard tourné vers un soldat situé en médaillon en haut à droite. Pour légende "Envoi au front. Que ma gerbe porte bonheur au soldat aimé de tout cœur".

Depardon, Louis

Lettre du 5 août 1914, installation aux « Chapieux » vers Bourg-Saint-Maurice (Savoie), adressée à ses parents, viticulteurs à Fleurie. Né le 10 août 1890 à Fleurie, il vient de terminer son service militaire quand il est mobilisé, il est incorporé au premier régiment d’artillerie de montagne près de Bourg-Saint-Maurice (Savoie) où il est ordonnance. Il meurt le 6 septembre 1914 à Gérardmer des suites de blessures reçues au combat de Mandray (Vosges) le 31 août 1914. Il reçoit la médaille militaire à titre posthume ainsi que la Croix de guerre en tant que canonnier. Lettre du 5 août 1914 : installation aux « Chapieux » vers Bourg-Saint-Maurice (Savoie)


Depardon, Louis

Lettre du 10 août 1914 envoyée d’Hauteville-Gondon en Savoie près de Bourg-Saint-Maurice. Louis Depardon annonce son départ pour les Vosges.

Depardon, Louis

Dernière lettre du 25 août 1914 de Louis Depardon à ses parents depuis l'Alsace.

Depardon, Louis

Réponse de Pierre Brachet en permission à Mercurg-Genilly en Savoie à Antoine Depardon habitant à Fleurie le 17 juillet 1915. Il raconte qu'il était à côté de son fils le 31 aôut 1914 lors de l'attaque au col de Mandray dans les Vosges, qu'ils ont été touchés en même temps lui à la main et Louis dans le dos, côté droit il pensait que ce n'était pas trop méchant "je crois bien avoir des côtes de brisées" dit-il, je fus évacué et ce n'est qu'en rentrant au dépôt en octobre que j'appris la mort de mon camarade.


Depardon, Louis

Sainte-Barbe, Sainte patronne de l'artillerie : texte d'une chanson des artilleurs, signé un artilleur qui compte (LD 579).

Depardon, Louis

Lettre du médecin chef de l'hôpital d'évacuation de Gérardmer dans les Vosges au père de Louis Depardon, le 28 octobre 1914 indiquant que son fils est arrivé atteint d'une plaie pénétrante dans l'abdomen par balle de fusil, il est mort rapidement, sans souffrance. l'infirmière major s'est chargée de le faire exhumer et de faire mettre son corps dans un cerceuil en plomb afin qu'il soit plus facile de le transporter à Fleurie pour la somme de 144 francs qu'il reste à rembourser.

Depardon, Louis

Facture du cercueil de Louis Depardon datée du 21 octobre 1914 au nom de Mme Margueritte Fristch de la croix-rouge, Gérardmer dans la Somme avec en inscription "le cercueil est déposé dans le caveau de la famille Garnier de Nancy".


Depardon, Louis

lettre du 17 novembre 1914 du médecin chef de l'hôpital d'évacuation de Gérardmer, accusant réception de la somme de 144 francs envoyé par le père de Louis Depardon, pour la facture du cercueil de son fils.

Depardon, Louis

Avis de décès de Louis Depardon cannonier au 1er régiment d'artillerie de montagne blessé à Mandray le 31 août 1914, mort pour la France des suites de ses blessures à l'âge de 24 ans le 6 septembre 1914 à Gérardmer (Vosges).

Depardon, Louis

Ordre général n° 6 du groupe des bataillons des chasseurs alpins, copie reçue le 12 octobre 1914 à la mairie de Fleurie (Rhône) pour être remis à la famille de Louis Depardon, ordonnant que le nom des victimes de guerre ne doit pas être oublié.


Depardon, Louis

Portrait du Général Joseph Joffre (1852-1931), nommé maréchal de France en 1916.

Depardon, Louis

Carte postale représentant le couple pendant la grande guerre, "serments échangés".

Depardon, Louis

Carte postale représentant Le couple pendant la grande guerre, "pensée de l'absent".


Depardon, Louis

Carte postale représentant des soldats au front.

Depardon, Louis

Carte postale représentant des soldats au front, "vision de guerre".

Depardon, Louis / Lafond, ?

Carte postale représentant "les frères d'armes". Au verso correspondance de Lafond (23 octobre 1915).


Depardon, Louis

Carte postale représentant un soldat et un enfant portant du Gui pour la nouvelle année. Au verso correspondance anonyme du 29 décembre 1915.

Résultats 251 à 275 sur 1559 :   <<<123456789101112131415>>>
Afficher/masquer