Archives départementales de Saône-et-Loire

Accueil > Le Creusot 1914-1918 > Une chronique du secrétaire de mairie, Pierre Ferrier > Une chronique du secrétaire de mairie, Pierre Ferrier >

Une chronique du secrétaire de mairie, Pierre Ferrier

Affichage détaillé (Une chronique du secrétaire de mairie, Pierre Ferrier)


Livret3FerrierLeCreusot_1916_1917p9

Main-d'oeuvre étrangère

Dénombrement de la main d'oeuvre étrangère - 01/12/1916

Transcription :

MAIN D'OEUVRE ETRANGERE – Le Creusot a continué à recevoir des éléments exotiques variés, Chinois, Kabyles, Portugais, prisonniers austro-hongrois formés en majeure partie de Croates, de Tchèques, de Slovènes, tous hostiles aux Empires Centraux et assez bien accueillis dans les ateliers, puis des prisonniers allemands.
Des baraquements furent montés par l'Usine dans tous les terrains vagues, rue de la Gare, à Chanliau, vers St Henri. En décembre 1916 l'on comptait 550 Chinois, 270 Kabyles, 122 Espagnols, 300 prisonniers austro-hongrois et 570 prisonniers allemands ; le nombre des Chinois, des Kabyles et des Allemands a augmenté sensiblement depuis cette date.
Les ouvriers étrangers appartenant à des nations neutres sont parfois mal vus de la partie inintelligente de la population et il n'est pas rare d'entendre des femmes d'ouvriers dire " que les Chinois viennent chasser leurs hommes de l'Usine " alors qu'ils devraient aller au front et que leurs maris devraient rester à l'atelier. Les Creusotines courageuses qui s'embauchent aux Usines Schneider et Cie se voient décocher les mêmes flèches et plus d'un crêpage de chignon est dû à des discussions sur ce sujet absurde. Combien l'éducation, la formation morale de la masse sont loin d'être parfaites et combien il est prouvé chaque jour davantage que la bêtise humaine n'a pas de limite !
Nous avons eu à imputer à cet état d'esprit quelques bagarres, généralement insignifiantes, mais, qui, le 23 novembre 1916 ont amené la mort



Aucun commentaire


Espace personnel