Archives départementales de Saône-et-Loire

Accueil > Le Creusot 1914-1918 > Une chronique du secrétaire de mairie, Pierre Ferrier > Une chronique du secrétaire de mairie, Pierre Ferrier >

Une chronique du secrétaire de mairie, Pierre Ferrier

Affichage détaillé (Une chronique du secrétaire de mairie, Pierre Ferrier)


Livret2FerrierLeCreusot_1915_1916p1

Une cité cosmopolite

L'embauchage des femmes s'accentue fortement - 01/07/1915

Arrivée des travailleurs serbes au Creusot - 01/03/1916

Travailleurs noirs au Creusot - 01/04/1916

Transcription :

La deuxième année de guerre au Creusot

Après avoir marqué les résultats, au point de vue local, du coup de foudre qui brutalement nous a plongés dans l'état de guerre, après avoir relaté les premières mesures, les premières impressions, les premières conséquences de cet état nouveau, si malheureusement imprévu, nous allons examiner la vie intérieure du Creusot pendant l'année de guerre s'étendant du 1er juillet 1915 au 1er juillet 1916 et, pour ce faire, nous tâcherons d'abord de saisir sa vie morale, sa tenue son âme.
Les hommes sont en majeure partie rentrés à leurs foyers et portent le brassard rouge, remplacé plus tard par le brassard noir avec cartouche blanc réservé au cachet du régiment ; des soldats originaires de tous les points du pays, du Nord notamment, viennent renforcer les métallurgistes creusotins et donnent à notre ville une animation inaccoutumée. Plus tard nous voyons arriver des terrassiers Kabyles, dont le séjour est de courte durée, puis, quand les événements malheureux les auront chassés de leur pays, en février, mars 1916, les ouvriers métallurgistes serbes, les uns logés au Creusot, les autres, les manoeuvres, cantonnés à Montchanin dans les installations organisées par MM. Schneider et Cie ; en avril nous côtoyons même quelques soldats nègres mobilisés dans nos usines. Enfin dans le 2ème semestre 1915, l'embauchage des femmes s'accentue fortement. La sortie des ouvriers devient un spectacle peu banal ; les costumes les plus variés, les parlers les plus divers donnent l'impression d'une Tour de Babel, d'une cité cosmopolite.



Aucun commentaire


Espace personnel