Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19180719_53J6_1239

Transcription :


Calais, le 19 Juillet 1918.


Ma Louise,


J’espère bien que, dans 2 semaines à pareille heure, j’aurai retrouvé notre cher
ermitage et surtout mes trois chéris. Car mon voyage commence à se dessiner : départ
le 31 Juillet, à 6 heures du soir ; arrivée à Paris 12 heures après ; toute la
journée du 1er est disponible pour ma visite rue de Grenelle (si
toute fois on y reçoit) ; le soir, vers 8 ou 9 heures, je pars de la gare de Lyon,
pour arriver à Cormatin vers 7 hres1/2 du matin. Tel est, sauf
imprévu toujours possible dans ma région, l’itinéraire que je compte suivre ; j’ai
reçu l’autorisation de m’absenter, me voici tranquille de ce côté.– Et il sera temps
de partir, quand ce ne serait que pour me reposer ; depuis 4 jours, je souffre d’une
poussée d’entérite assez aigüe que la diète et les drogues n’enrayent pas vite ;
demain je reverrai mon médecin, et je me fais faire un menu spécial à mon
restaurant.




C’est l’effet de notre dur climat, car ce genre de misère m’etait totalement inconnu
jusqu’ici ; je n’en suis nullement inquiet ni ennuyé, cela m’oblige seulement à
perdre q.q. heures à une période très chargée ;
et puis q.q. jours de tes bons soins et de tes
caresses me remettront entièrement.


J’ai reçu ton mot daté de Châlon, avec plaisir cela va de soi, car ce long voyage ne
laissait de m’inquiéter un peu. Le pensionnaire que tu as récolté en route m’a
bien amusé (1). – Ta lettre de la veille m’a également apporté quelques détails
intéressants sur votre vie campagnarde ; ton menuisier travaille-t-il enfin pour
toi ? Petitjean se prépare-t-il à venir ? Le décès du père Gouillon, survenant si
près de celui de Gilbertas, m’a surpris ; ce vieux Mazilly se vide de ses
vieillards, sans retenir ses jeunes ; où en sera-t-il dans 20 ans ? quand devenus à
notre tour des vieux, nous irons lui demander asile ? Effet local d’une cause très
générale, hélas !


A bientôt d’autres nouvelles ; embrasse bien nos fils pour moi ; à toi mes
tendresses.


Jean


[surplus]


(1) Mais que vont penser ses grands-parents de Mazilly ? Cela ne risque-t-il de créer
un froissement entre toi et eux ?



Aucun commentaire