Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19180620_53J6_1227

Transcription :


Calais, le 20 Juin 1918.


Ma petite Louise,


Tu as bien fait de te documenter au sujet du retour d’André, et de lui eviter de
coucher seul à l’hôtel. Ta combinaison - par Etang - devient la meilleure, et il est
tout naturel que tu veuilles aller le chercher dans le but de l’avoir plus tôt ;
seulement, comme la gare de Chagny est compliquée et dangereuse, je t’engage - sauf
impossibilité matérielle - à aller le cueillir à la descente du train dans cette
dernière gare. Pour les autres détails d’organisation, fais pour le mieux, suivant
les circonstances.


Ici nous restons au calme ; peu d’alertes et rien de dangereux depuis une quinzaine.
Sont-ils trop occupés ailleurs, ou leurs pertes en avions sont-elles aussi grandes
qu’on nous le dit ? En tout




cas, nous "
"
jouissons de ce calme ; il tombe d’ailleurs à point,
car la population se débat dans des difficultés alimentaires très sérieuses. Je vais
te donner une idée du prix des denrées : pommes nouvelles 1f,50
le Kg, cerises et fraises 3 fr la livre, œufs 15 fr les 26, etc ; devant ces prix,
je m’etonne que mon hôtelier ne m’augmente pas, et il est vrai qu’il ne
ns sert ni fruits ni légumes frais.


D’après tes renseignements, mon ancienne division aurait été fortement amochée vers
Marquéglise ; il est vrai qu’elle etait cette fois aux premières loges ! Je
comprends le souci de Marcelle et de ses parents, et leur joie de voir Variot leur
revenir ; c’est une chance relative d’obtenir de se soigner chez soi : il viendra
sans doute bientôt à Mazilly ; naturellement tu lui feras mes meilleures amitiés :
j’avais appris à le connaître un peu et à l’estimer en campagne, bien qu’il cause
très peu.


Alors Père veut déjà vous quitter : ça m’etonne ! vous deviez être si bien
ensemble ! si tranquilles et si libres ! Enfin, tu ne peux le garder de force, et tu
le retrouveras bientôt, avec sa femme cette fois : je partage ta déception. - Mais
l’essentiel est que tu ne t’ennuies pas et te portes de mieux en mieux.


Embrasse mon Minet ; à toi mes tendresses.


Jean



Aucun commentaire