Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19170928_53J6_1114

Transcription :


28 7bre


Ma petite Lou,


Ci-joint un mot pour nos enfants que tu approuveras certainement, car tu estimes, toi
aussi, que nos enfantsils ont besoin de se mettre à l’œuvre
énergiquement et sans perdre une heure. Je te prie de faire relire ce mot à Maurice
qui a tendance à oublier au bout de 2 ou 3 jours, et d’aider à sa mise en route par
ton contrôle très vigilant au moins au début. Pour André, j’espère que je serai
compris et obéi sans peine. Ajoute un mot sur leur lettre de jeudi pour me dire si
tout s’est passé suivant mes indications.


- Je n’ai rien de nouveau à t’apprendre sur notre affaire ; la question doit être en
train de se régler, la semaine prochaine sera sans doute décisive. Je conserve
toujours mon espoir, tant pis s’il est déçu. Tu me dis ton vif désir de nous
rejoindre enfin : si tu savais comme je le comprends




et le partage ! Quantité de bonnes raisons justifient ce vif désir, dont la
principale est que je voudrais retrouver ma petite Lou, mignonne et parfois
un peu follette. – A ce propos, tu ne m’as pas répondu au sujet du logement, si tu
t’accommoderais d’un logementquartier moins exposé et un peu
à l’écart, le cas échéant ? Il se pourrait que cette question fût capitale dans
notre décision.


- Ta lettre du 24 m’est parvenue hier, avec ses 2 photos ; elles ont été d’autant
mieux accueillies, que ma petite Lou y a pris un air engageant et même un peu ….
« maîtresse » que j’aime. Gageons que tu pensais à moi en posant ? Raison de plus
pour y attacher du prix et t’en remercier.


- Mercredi, 26, revue passée par le roi d’Italie, accompagné du président ; très
court : une demi-heure à peine. Deux traits saillants : une affectation de sévère
simplicité chez les 2 chefs d’Etats, une réserve glaciale qui a paralysé même nos
Alsaciens si vibrants. En somme, cérémonie protocolaire et sans grand effet.


Bon courage ; mes plus tendres bécots.


Jean



Aucun commentaire