Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19170914_53J6_1107

Transcription :


[Adresse enveloppe]


Expéditeur : M. Deleage, Instituteur militaire à
Massevaux


Madame Déléage


En vacances


à St-André-le-Désert


(Saône-et-Loire)


[marque postale]


Massevaux


18 *


14-9


17


Alsace


Vendredi 14 7bre [1917]


Ma petite Lou,


Encore une lettre qui devait partir hier : ni le temps ni l’envie de m’en
manquaient ; mais j’attendais un mot de toi pour y répondre ; ne recevant rien, je
n’ajourne pas davantage.


Je reste au grand calme, rien n’étant changé dans ma petite existence. Le temps s’est
à nouveau détraqué, et ce matin on a nettement l’impression d’entrer en automne ;
mais espérons que ce n’est encore qu’une apparence. On passe le plus d’heures
possible dehors, dans les bois et les vergers qui commencent à se vider, et c’est ma
foi fort agréable.


Je reviens de déjeûner chez le Maire d’ici ; famille simple et accueillante, fort
aimable pour moi, comme toujours ; à coup sûr d’excellentes personnes, mais dont
l’esprit est sensiblement




différent du nôtre. Je constate qu’ils sont déjà fort au courant des défauts de notre
organisation, et ils me parlent avec beaucoup de liberté du rôle du piston, du mal
de l’incompétence, de notre imprévoyance partout ; et comme ils m’en parlent en
amis, cela ne laisse pas d’être un peu triste – Ils sont un peu en souci à cause de
leur jeune fils qui est à la fois en retard et peu laborieux ; ils
voudraient trouver une combinaison qui réunirait les avantages du lycée et de la vie
de famille : je leur en ai indiqué une qu’ils vont essayer.


Quant à moi, rien de nouveau ; aucune lettre intéressante ne m’est parvenue. Claudia
m’a donné des nouvelles de la famille, où aucune nomination n’est encore arrivée, et
qui va rejoindre ses pénates dimanche ou lundi.


J’attends de tes nouvelles demain. Distribue mes embrassades à la ronde ; à toi mes
tendresses.


Jean



Aucun commentaire