Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19170107_53J6_0917

Transcription :

Dimanche 7.1.17.

Ma tendre Amie,

Encore une semaine passée ! assez vite, et sans accroc. Le beau temps persiste, inutile d'ajouter que cela nous est agréable ; personnellement, je ne m'en aperçois guère, mais les poilus ont moins à souffrir ; il gèle un peu, il faudrait que la pluie ne survienne pas. Les artilleurs nous fichent un peu plus souvent la paix, sans doute parce que les nôtres sont les premiers à se taire.

J'ai reçu hier le paquet de boules annoncé ; tu sais quel sort immédiat on leur fait ; j'ai d'ailleurs avec moi un notaire qui est plus gourmand qu'une chatte ; avec la promesse de mes chocolats, je lui ferais presque faire des bassesses ; en tout cas, il a arpenté hier soir “le billard” pour nous trouver un récipient à toilette ; coût : 5 boules à la crème. Tu vois que nous sommes gosses à de certains moments. - Merci et bibi.


J'ai reçu hier les souhaits de Francisque, très sincèrement affectueux comme toujours, et que ne gâtait aucune considération sur la victoire finale. Il m'apprend un fait que tout le monde ignorait ici : une très sérieuse révolte en Algérie, surtout dans la province de Constantine, qui a exigé l'envoi de régiments français ; notre presse n'avait pu en souffler mot, et cela t'indique à quel point nous ignorons la véritable situation actuelle, et quel crédit nous pouvons accorder aux rodomontades des gouvernants alliés. - Ci joint la carte de France.

Je te recommande de lire, si tu peux, l'Oeuvre d'hier, 6 courant ; à la page 4, colonne 2, tu trouveras un extrait d’un discours prononcé à la Douma par l'un des principaux parlementaires russes ; tu seras surprise de voir comment se conduisent nos “grands” alliés. Les q.q. faits indiqués dans ce discours, et d'autres encore inconnus, expliquent les evènements de ces 6 derniers mois qui paraissaient jusqu'ici une douloureuse énigme. Les menées


allemandes ont été patronées par les plus hauts personnages russes (Président du Conseil, gouverneurs, etc.., peut-être la tsarine) ; le résultat a été double : 1° l'offensive Broussiloff s'est arrêtée brusquement au moment de l'offensive franco-anglaise ; 2° les preparatifs russes ont été si ralentis que rien n'etait prêt pour arrêter les Boches en Roumanie, et que nos 2 alliés continuent à reculer de façon lamentable. Voilà un point qui est désormais acquis, quoique les précisions manquent encore ; que penses-tu de cette façon de pratiquer l'alliance ? de cette loyauté ? des garanties que nous offre un tel gouvernement ? Quand tout cela sera connu du grand public, l'alliance franco-russe sera sans doute malade ; mais, en attendant, nos pauvres poilus seront tombés inutilement, par suite des combinaisons malpropres de ces gens. - Briand a laissé publier l'article cité, sans doute pour répondre àses accusateurs, et montrer que si nos efforts n'aboutissent à rien, la principale responsabilité en incombe à nos alliés : ce


n'est pas si mal manoeuvré que cela. Mais toutes ces intrigues et ces fautes ne sont pas faites pour redonner confiance ; et, plus que jamais, je suis convaincu qu'une seule chose importe désormais : la paix le plus vite possible. Elle pourrait d'ailleurs venir.

Je m'arrête : le vaguemestre m'attend impatiemment. Mais je t'embrasse longuement, tendrement, ainsi que nos chers enfants.

Jean


Aucun commentaire