Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19161222_53J6_0877

Transcription :


Vendredi 22 Xbre 16


Mon Cher Jean,


Tu as beau tourner gentilment les choses et essayer de me demontrer que l’on n’est
pas mal dans un bon abri, je t’assure que cela me fait quelq une
désagréable impression de te savoir en tranchée. Je m’ en était tout à
fait déshabituée, c’était presque comme un mauvais rêve aussi le réveil est dur. Les
nouvelles du 18 reçues ce matin ont été les bienvenues.




elles m’apportent un brin de tranqconsolation. Allez-vous rester vos 15 jours consécutifs dans vos
trous ? – Je regrette toujours de n’avoir pas expédié mon jambonneau quelques
gjours avant les colis de Noël
,.
tTant que je ne te saurais pas en
possession du pâté je serais en peine. Demain sans faute je mettrais à la poste
le un colis, jambonneau ou à défaut saucisson. Tu me diras
si un autre colis te serait nécessaire pour achever ta période de tranchée par
ex . Un poulet désossé cuit dans son jus. Tu
sais que je suis à ta disposition.


J’ai reçu ce matin lnos interêts de
Salornay mais la




vieille Forest a trouvé moyen d’en retenir le montant des frais d’envoi du mandat,
elle n’en devait pas avoir le droit. J’ai pu échanger ce soir mon titre épuisé de
l’emprunt contre un titre fait pour 5 ans. – J’ai reçu ce matin une lettre de
Catherine, elle comprend mon idée de repousser mon voyage. Elle me dit
être qu’elle n’aura sa fille que 4 jours et que sans cela
elle avait bien pensé la faire passer par Bourges à l’aller. si les vacances
avaient été comme d’habitude

On Les Fontenaisiennes n’auront que de toutes petites vacances pour
rattraper leur dit-on le retard de la rentrée d’octobre. Elles en sont
presque en révolution.




J’ai reçu aussi une longue et affectueuse lettre de Mme Birkel. j’ai répondu par
courrier car j’etais terriblement en retard avec elle ayant oublié de répondre à la
lettre qu’elle m’avait écrite à Mazilly. La Chère Annie ne m’en a pas tenu rigueur,
elle m’a invité très chaleureusement à aller passer près d’eux cette fin d’année
avec mes Enfants. Je ne Si son invitation m’était arrivée plus tôt je
t’en aurais parlé mais je l’ai remercié en lui disant que je ne refusais pas mais
que je repoussais le plaisir que j’aurais à aller les voir. Son Robert est toujours
très exposé, elle sait toujours quand l son régt Part attaquer aussi elle est souvent
dans de terribles transes.


Je pense constamment à toi mon Aimé et je t’embrasse bien tendrement.


Baisers de tes fils.


Louise



Aucun commentaire