Archives départementales de Saône-et-Loire

Accueil > La famille Déléage > Des lettres, des liens >

La famille Déléage

Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19160811_53J6_0756

Transcription :


11.8.16.


Amie chère,


Je n’ai presque rien à te dire, rien qu’un mot sur l’expression que tu as prise dans
le groupe.


Je ne te l’avais jamais vue, et elle est indéfinissable ; tantôt j’y vois le visage
d’une jeune fille qui s’efforcerait à être grave, tantôt celui d’une femme qui
chercherait un demi-sourire. Et puis tes yeux regardent ! ils ne sont pas du tout
jeune fille, tes yeux ! L’arrangement des cheveux ..
et du corsage, lée
port de la tête, enfin l’ensemble rappelle
les portraits de la « Femme de trente ans » tracés par Balzac. C’est curieux comme
ta physionomie s’affirme avec les années.


Tellement, que j’en ai été surpris. Depuis plus d’un an, je ne te vois guère que sous
tes traits des vingt ans ; peu à peu, à regarder ton ancienne image, c’est celle-ci
qui avait, dans mes yeux, pris la place de l’image actuelle. Et voilà




qu’aujourd’hui je te « découvre », littéralement. D’ailleurs, la première surprise
passée, je t’aime mieux ainsi : tu es plus femme et plus près de moi. Avant de
« poser » ., tu avais fait un brin de toilette ; était-ce à mon intention ? Si oui,
je t’en sais gré sincèrement.


La morale de cela, tu l’aperçois : dès ta rentrée à Bourges, il faudra t’adresser à
un bon photographe afin que j’aie de toi un portrait ressemblant. D’ailleurs, tu es
à un moment de la vie où les traits sont particulièrement nets et intéressants.
C’est dit ?


A bientôt ; j’attends toujours ta réponse à ma lettre du 6 courant ; je n’avais
rien au courrier d’aujourd’hui.


Un long baiser.


Jean


Jean Déléage

Louise Déléage

André Déléage

Maurice Déléage

Autres


Espace personnel