Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19160522_53J6_0610

Transcription :


Lundi 22 mai


Ma Louisette,


Le temps reste joli, clair et sec ; on en jouit. Les mouvements de marée sont
intéressants à suivre ; ils provoquent toujours de gros bouillonnements et une houle
bien marquée. Dès que le reflux s’achève, nos gars vont pêcher les crevettes, et
malgré leur outillage rudimentaire ils en prennent ; par contre, il nous est
difficile de manger du poisson frais, les pêcheurs manquent, et sans doute de
nombreuses restrictions gênent la pêche.


Hier dimanche, il y avait peu de promeneurs sur la longue digue carrelée, on a
cependant admiré q.q.:
jolies toilettes. C’est que la population est très émue par
les ravages des taubes dont les journaux du 21 et 22 ont fait mention; elle n’ose
plus guère se risquer dehors. Pourtant bien des moyens sont mis en œuvre pour
chasser ces vilains oiseaux gris ; mais ils volent si haut qu’on les voit à peine,
même dans un ciel très pur, et qu’il


Je joins à ma lettre un exemplaire de la chanson à la mode composée par le
bureau. On la chante sur l’air : « Quand ns en
serons au temps des cerises… »






est très difficile de les repérer ; quoi qu’il en soit, je n’en ai vu descendre
aucun, et ils ont pu tout à leur aise accomplir leur vilaine besogne. Les villas que
nous occupons sont trop isolées et trop petites pour constituer une cible
suffisante, aussi n’y est-il pas tombé de bombe, et nous sommes en sécurité.


Un autre de nos secrétaires vcué provisoirement pour
gale : c’est maintenant très bien porté. A quand mon tour ?


J’ai reçu hier la lettre que mes petits m’ont écrite jeudi ; je les en remercie.
Ils me semblent qu’ils travaillent bien dans l’ensemble;
ils ont beaucoup de bonnes notes, et les compositions d’André donnent des résultats
satisfaisants : qu’il y puise un encouragement pour continuer ainsi pendant 6 bonnes
semaines. Maurice aussi a de bonnes notes, mais les mauvais points de tenue me
paraissent trop nombreux : qu’il y fasse attention ! Vous venez de passer une bonne
semaine pendant laquelle vous avez été bien gâtés; j’en suis content s
pour vous ; mais il faut bien vous dire qu’on ne vit pas seulement pour s’amuser ;
vous devez profiter






des quelques semaines de classe qui restent pour donner un gros effort, de toute
votre attention. Ensuite vous aurez le droit de jouir de vos grandes vacances. Dans
votre prochaine lettre, vous me direz d’une manière
précise
ce que vous avez fait pour suivre mes conseils. C’est entendu, tous
les deux ?


Et maintenant je reviens à la Maman. N’est-elle pas fatiguée par le surcroît de
besogne qu’entraîne toute visite, un peu déprimée de se retrouver seule ? La maison
n’est elle pas trop silencieuse ? Si par impossible, elle était inoccupée, je vais
lui donner un petit travail : m’envoyer le plus tôt
possible
2 paires de solides chaussettes en coton ; j’ai encore de bonnes
chaussettes en laine, qui ne sont plus de saison, et une seule paire de chaussettes
coton, tout le reste est hors service (cela vaut-il la peine de te l’envoyer pour
raccommodage ?).


Nous avons peu à faire, le Colonel est parti en permission ; aussi jouissons-nous
d’une profonde tranquilité ; on regarde la mer sans s’en lasser.- Mes plus tendres
baisers à toute ma petite famille.


Jean



Aucun commentaire