Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19160305_53J6_0480

Transcription :


Dimanche, 5 mars 1916.


Ma chérie,


Un permissionnaire, qui part pour Bourges après-demain, et qui habite au N° 25 de
notre rue, te remettra jeudi de ma part un petit paquet et une enveloppe. Tu seras
gentille en m’accusant réception le jour même, à titre de
précaution.


Les giboulées ont commencé ici ; serait-ce l’indice du retour du printemps ? Toujours
rien de nouveau en ce qui me concerne ; la santé reste parfaite. Mon messager te
portera des nouvelles plus précises ; en attendant que tu les reçoives, je t’envoie
pour toi et nos gars mes tendres baisers.


Jean


Ma lettre etait close au moment où je lis ta carte du 2 mars : inutile de te




tourmenter, je t’ai dit « toute la vérité, rien que la vérité ». Tu sais bien que je
te l’ai promis ? Pourquoi prendre au tragique les inquiétudes de Claudia qui a mal
compris ma carte ? Nous restons à l’arrière et mon messager va te fixer exactement.


Embrasse mes petits pour leurs bonnes nouvelles ; à toi mes tendresses.



Aucun commentaire