Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19151126_53J6_0347

Transcription :


Bourges le 26 9bre 15


Mon Cher Jean


Je me demande encore où ma pensée doit te suivre mais je caresse toujours le doux
espoir que tu n’es pas retourné aux tranchées et que tu es bien définitivement à
l’abri du danger. Evidemment il me restera un peu d’impatience tant que je n’aurai
pas reçu le petit mot envoyé "illico" mais comme malgré ce retard je m’estime
heureuse maintenant. Je ne me lasserai pas


[surplus]


Avec mon grand amour je t’envoie mes baisers les plus tendres de petite femme en y
joignant les jolies caresses de tes deux blondins.


Louise




de revenir sur ce sujet tant mon cœur y a trouvé d’apaisement. – Père doit attendre
un peu fébrilement la nouvelle, car ainsi que tu me l’as recommandé je n’ai rien dit
encore nulle part ; mais pourquoi n’a-t-il pas attendu près de nous la décision,
comme nous nous serions réjouis ensemble et comme il serait parti plus léger. Mais
dis-moi, mon Chéri, lorsque ta nomination sera officielle, sera-t-il facile de la
tenir secrète. En toute sincérité je t’assure que je ne puis plus ressembler à la
petite épouse inquiète et angoissée d’avant le changement et


[surplus]


J’ai enfin reçu mon vin et mes pommes de terre qui à ma grande surprise ne sont ni
gelées ni pourries et pourtant elles ont voyagé par un froid vif et elles étaient en
sac depuis un mois et demi.




peut-être mes connaissances trouvent-elles étrange mona
changement
transformation et surtout tu es entouré là bas de tant de gens de la région qu’il
me semble que ce sera le secret de polichinelle , enfin je ne trouve qu’il n’y avait
peut-être que de très bonnes raisons à donner : ton âge, ta situation etc... Mais
que toutes ces considérations restent secondaires ; l’essentiel reste bien que la
solution soit enfin arrivée.


Forest m’a envoyé sans que j’ai eu besoin de le relancer nos intérêts. Donc aucun
accroc au point de vue galette. Les Lanfranche continuent à me payer très




exactement.


Je me suis remise un peu au travail de couture, mais j’ai si peu de temps que je
n’avance guère ; néanmoins le goût m’est revenu avec la sécurité et je veux surtout
me préparer afin que tu me trouves gentille quand tu me reviendras. Quelle joie que
ce retour ; bien que lointain encore il est l'mon
unique
préoccupation. J’ai été peinée pour toi mon Chéri que l’on t’ai à
nouveau
 rabioté dtes petits accessoires qui peuvent peut-être
bien te manquer ; tu sais que je suis à ton entière disposition pour tout
remplacer, tu n’as qu’un mot à dire et ce sera une joie pour moi de m’acquitter.


Samedi j’enverrai un petit paquet de tabac, tu me diras si
cela
peut aller ainsi.



Aucun commentaire