Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19151107_53J6_0320

Transcription :


Dimanche, 7 9bre 1915


Ma Chérie,


Nous voici à notre 4ème jour de repos, demain à 2 heures
ns remontons aux tranchées ; espérons que ns
les retrouverons en meilleur état que
ns les avions laissées. C’est d’ailleurs
probable, car il n’a pas plu pendant ces 4 derniers jours ; seul le brouillard
intense n’arrive pas à se dissiper, et nous rend la vie un peu dure, la nuit surtout
où le froid nous réveille souvent.


Malgré cette circonstance et de nombreuses agaceries qu’on devrait nous éviter, nous
apprécions notre séjour ici qui nous permet de manger chaud et de boire
copieusement ; je reste stupéfait de la quantité de liquide qu’on s’ingurgite :
c’est l’une des preuves les plus flagrantes de notre abrutissement progressif….


Cette fois-ci, ma compagnie n’ira pas en toute première ligne et nous aurons presque
continuellement des abris-cavernes pour dormir ; nous aurons un peu plus d’obus que
la 1ère ligne, mais plus de repos et moins de froid.
Cela résulte
du tour de service entre les compagnies,
c'
est plutôt un bien pour nous.


J’ai fait la demande dont je t’avais parlé ; il s’agit de me faire nommer à un emploi
sédentaire dans mon régiment, de manière à ne plus remonter aux tranchées. J’ai vu
ensuite le chef de bataillon qui commande provisoirement le régiment, il m’a fort
bien reçu et parait




tout disposé à me donner satisfaction ; espérons donc, mais ne comptons sur rien tant
que la décision ne sera pas prise. Cette décision pourrait encore tarder 2 ou 3
semaines ; il serait, paraît-il, question de me nommer secrétaire du colonel ; ce
poste est actuellement occupé par un adjoint
de Sr

Florent, âgé de moins de 30 ans : ce serait donc une acte de justice de
le remplacer ; mais la justice, ici ! N’insistons pas ce serait trop long.


J’ai reçu votre lettre du 4, et lu attentivement le compte-rendu des notes d’André ;
pour les leçons, les notes sont très satisfaisantes, mais pour les devoirs je ne
puis malheureusement en dire autant ; la composition de calcul et les devoirs de
latin ne sont pas tout à fait dignes de mon grand garçon, et je compte que, pour
faire plaisir à son papa, il va s’efforcer de faire mieux ; j’ai peur que ses leçons
soient apprises trop vite, superficiellement, et par conséquent peu profitable.-
Quant à Maurice, j’ai reçu à son sujet une longue et bien gentille lettre de M.
Lucquet ; elle est ci-jointe et j’y répondrai prochainement.


J’ai reçu hier 2 colis du Coteau et de St
-Etienne ; me voici de
nouveau encombré de victuailles, dont je donne une partie ; mais de tabac, point ;
des saucissons, j’en ai 4 ou 5, je ne sais plus au juste ; le cuit est décidemment
plus appétissant.


Aujourd’hui dimanche, je suis de jour et la besogne ne manque pas ; mais il y aura
demain 4 mois que vsme manquez.


Sur ce, je vsembrasse tous bien affectueusement.
Jean



Aucun commentaire