Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19151021_53J6_0284

Transcription :



adame Deléage


29, rue Bourbonnoux


à Bourges


(Cher)




Jeudi 21 8bre 1915


Ma chère,


Rien de nouveau depuis ma lettre d’hier. Le brouillard continue à sévir ici ; il
n’est pas chaud, et ne rend
confortables nos « hôtels du courant
d’air» ; on s’y fait, par nécessité le reste bonne malgré tout.> Nous
cantonnons dans un pauvre [bouge], par charge de troupes et presque sans
ressources ; heureusement que de bonnes âmes me fournissent "
"

presque tout ce qu’il me faut : ainsi Berthe m’a envoyé un 2m
petit colis bien fait, Catherine et
Claudia travaillent pour moi, sans compter ma suprême ressource. Aussi ne
m’envoie plus rien, qu’un peu de saucisson et de tabac, 2 ou 3 jours après
réception de ma carte ; je suis actuellement surchargé.


Reçu hier par lettre du 18 dont le ton me plait : il n’y a qu’à continuer ainsi.
A partir de maintenant, il vaut mieux conserver tes disponibilités.


D’affectueuses embrassades à toute la maisonnée.


JDeléage




Aucun commentaire