Archives départementales de Saône-et-Loire

Accueil > La famille Déléage > Des lettres, des liens >

La famille Déléage

Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19150822_53J6_0125

Transcription :


Dimanche, 22 août 1915.


Ma chère Amie,


Voici la première lettre que je t’écris de la tranchée ; nous y sommes arrivés cette
nuit vers 11 heures ; et comme il faisait beau et que les Boches ne tiraient pas, la
relève s’est faite assez vite. Nous avons mis 1 heure à parcourir les boyaux ;
ceux-ci sont très sinueux, profonds d’environ 2 mètres, boisés en certains endroits
comme une galerie de mine, et le fond est partout recouvert d’un solide plancher :
la marche y est pénible, mais moins que je m’y attendais.- Ma compagnie va passer
ces 4 jours en réserve ; elle est blottie dans les "abris-cavernes" ; ce sont des
galeries abritées par 3 mètres de terre [sur] plafond et toutes étayées avec
de gros rondins ; elles mesurent de 4 à 5 mètres de long sur 1 m 50 de haut et 1 m
60 de large ; on y accède, du boyau, par un escalier rustique, taillé à même dans la
terre. Nous voici donc revenus au temps de l’homme des cavernes ; il fait noir dans
ces trous ; pour écrire, manger ou lire, on vient s’assoir sur l’escalier d’où je
t’écris ; pour dormir, on s’allonge 15 hommes côte à côte, la tête sur le sac, roulé
dans son couvre-pieds ; et ma foi, on dort. Ma 1ère nuit a été bonne ; j’ai dormi de
11 heures à 6 heures sans presque m’eveiller, et en tout cas sans insomnie ; il est,
paraît-il, tombé 3 torpilles à proximité de nos abris, je n’ai rien entendu tant je
dormais profondément ; ces torpilles pèsent 50 kgr,
contiennent 20 kg d’explosif, font un vacarme infernal,
et quand elles tombent




juste leurs effets sont enormes : je ne t’en parle que par ouï-dire, ce matin, j’ai
visite nos petits canons de tranchée qa
insi que les torpillents
qu’ils lancent : en principe c’est assez simple, les formes de
ces engins sont curieuses – Pendant que je t’écris, le spectacle que j’ai est bien
original, et comme il est nouveau, il me frappe beaucoup : donc, je suis assis sur
mon escalier, face à mon antre, la tête abritée par plusieurs mètres de talus et de
plafond, et j’y éprouve à tort ou à raison une grande impression des
sécurité ; j’interromps souvent ma lettre pour regarder les obus qui se croisent au
dessus de ma tête, et sifflent longuement ; de ces obus ; les uns sont sans
doute
tirés d’Angres par les Boches et éclatent à q.q.
centaines de mètres derrière moi, les autres partent de Bully
vraisemblablement et doivent aller s’abattre sur le fond de Buval dans les tranchées
boches, enfin tout autour dans le lointain les gros monstres donnent largement de la
voix. Te rappelles-tu ma lettre du 16 où je te décrivais ma journée du 15 ? et
bien tu peux croire que les
mes deux dimanches sont différents ! Autre détail curieux : le sifflement
des obus ne me fait déjà plus guère baisser la tête, je crois que je vais m’aguerrir
assez vite, sans cesser d’être prudent, sur ce dernier point, tu peux être
pleinement rassurée, et d’ailleurs les hommes qui m’entourent sont devenus très
circonspects !


Plus que jamais, je vais penser à vous, car pendant tout le jour nous devons rester
inactifs dans nos trous ; cette nuit et les suivantes nous ferons du terrassement.
J’espère bien t’écrire chaque jour.


Embrasse bien Claudia et nos Petits, redis-leur que je les aime bien.


Pour toi, j’aimerais bien te couvrir de caresses, mais voilà ! Bonnes bises en
attendant. Jean



Aucun commentaire

Jean Déléage

Louise Déléage

André Déléage

Maurice Déléage

Autres


Espace personnel