Archives départementales de Saône-et-Loire

Accueil > La famille Déléage > Des lettres, des liens >

La famille Déléage

Affichage détaillé (Des lettres, des liens)


FRAD071_19150714_53J6_0014

Transcription :


Le 14 juillet 1915


Ma chère Lisette,


Il est 10 heures, vs vs promenez à Moulins
pendant que je pense à vous ; il fait beau aujourd'hui ici, je souhaite que tu aies
egalement un temps clair : il fera moins sombre dans ton cœur de petite femme, et le
voyage sera au moins un demi-plaisir.


Hier il ne m'a pas été possible de trouver un moment pour écrire, car nous sommes
très occupés ; nous sommes allés prendre une douche à 8 km d'ici, et comme tous les
Marocains avaient passé avant nous en semant leurs poux, la douche m'a dégoûté à
l'avance et je me suis emparé d'une cabine de bain d'officier. Il faut apprendre à
se débrouiller, cela joue un rôle immense en campagne.


Car nous sommes en campagne ; tout autour de nous, évoque la guerre : bicots, spahis,
chasseurs, artilleurs, pontonniers, trains et autos blindés énormes convois et
autres, tout cela défile sous nos yeux continuellement ; on se défie des taubes et
on se cache par petits groupes ; le canon fait trembler les vitres ; on s’exerce à
l’emploi des grenades. - Pourtant mon dépôt est à plus de 20 km de la ligne de feu ;
il regorge de monde et les meridionaux y dominent ; la lutte se ralentit dans notre
secteur et il se pourrait que nous restions en arrière plusieurs semaines. La vie
ici est très acceptable : nourriture très abondante, vin presque à volonté, bœuf et
mouton frigorifiés 2 fois par jour, bière et café à bon marché ; mais les moindres
objets sont très chers. Comme ma compagnie occupe un petit village,
ns sommes assez libres en dehors des
exercices Par contre, le cantonnement est extrêmement sâle, je n’ai jamais vu
village aussi sâle ; aussi n’ai-je pas hésité à louer une chambre [….lit] je
dis une chambre, c’est une façon de parler bien prétentieuse ; une petite lucarne
l’éclaire, le mobilier en est plus que sommaire, le lit




est tel que je n'ai pas encore osé regarder dedans, enfin je fais la chasse aux rats
2 ou 3 fois par nuit. Telle quelle, c'est un petit paradis en comparaison de la
grange où j'aurais couché ; j’y suis tranquille, seul, pour me recueillir, penser à
vous, vous suivre par la pensée et dormir ; je souhaite de la garder longtemps. J'ai
été bien reçu par mes nouveaux camarades ; on m'a donné à commander une enorme
section de 120 hommes ; cela me cause du souci, mais je suis dispensé des gardes et
autres services embêtants ; en somme, tant que je suis ici, il ne faut pas me
plaindre.


Je n'ai retrouvé ici aucun des camarades de Bourges, car dès leur arrivée ils ont été
envoyés dans les 6 régiments de la division et tous sont dans les tranchées depuis
une huitaine ; mon arrivée tardive ne vaudra donc de n’aller dans les tranchées que
plusieurs semaines après eux. Ils ont été remplacés ici par des sous-officiers qui
sont au front depuis 11 mois et qui viennent se refaire en arrière ; ces vétérans de
la guerre en ont vu de toutes les couleurs, et ils en racontent long, long ; parmi
eux se trouvent un Instituteur de Limoux et 1 de mes anciens élèves de Mâcon ;
ns sommes rapidement liés et je les fais parler
volontiers. Chose étrange, aucun d'eux ne croit à la possibilité d'une campagne
d'hier ; ils sont déprimés, pessimistes, et donnent sur l'état moral de leurs
régiments des indications assez décourageantes ; je ne sais encore ce qu'il faut en
prendre et en laisser ; mais d'ores et déjà on peut dire que les journaux sont loin
de nous faire connaître la vérité ; je n'insiste pas sur ce sujet, et pour
cause.


J'ai écrit à Varriot, au 256-, qui est prés de nous ; à Sézanne, à Etang et à vos
familles, j'espère recevoir bientôt des lettres.




Aujourd'hui, l'Etat soigne notre menu, on fera un brin la fête, fête un peu amère au
fond, et il est temps d'aller surveiller la mise à table de mes 120 poilus ; aussi
j'écourte un peu ma lettre en te priant de faire bien des amitiés à père et à Marie,
d'embrasser les petits bien tendrement et de garder mes plus affectueux baisers pour
toi.


J:Jean Déléage



Aucun commentaire

Jean Déléage

Louise Déléage

André Déléage

Maurice Déléage

Autres


Espace personnel