Archives départementales de Saône-et-Loire
Département de Saône-et-Loire
L'entreprise Schneider

L'entreprise Schneider

Le Progrès de Saône-et-Loire, 16 août 1915. ADSL PR 97/77

Une visite de journalistes
Le Progrès de Saône-et-Loire, 16 août 1915
ADSL PR 97/77


Présentation du monde industriel local

Présentation du monde industriel local

Le Creusot. 1917. Collection AFB 01G0008-A-01

L’entreprise Schneider au Creusot

 Pendant la Première Guerre mondiale, Le Creusot est l’un des  établissements de Schneider & Cie  qui comprend alors en France comme à l’étranger de très nombreux autres sites.

Les usines et installations industrielles creusotines se présentent comme un ensemble intégré allant de l’extraction de la houille au produit fini.

Les équipements (puits de mines, zones de stockage et préparation  du charbon ou du minerai, fours à coke, hauts fourneaux, voies ferrées, halles immenses…) dominent totalement la ville. La métallurgie est reine et les témoins s’accordent pour exprimer à la fois leur admiration et /ou leurs réticences face à un environnement empli de bruit, de pollution (le mot est anachronique, non la réalité…).

 

 

 

 

 

 

Le Creusot, 1917.
Collection AFB 01G0008-A-01

 

 


Jets de fumée, jets de vapeur...

Jets de fumée, jets de vapeur...

Le Progrès de Saône-et-Loire, 20 mai 1916, ADSL PR 97/78
Le Creusot. Grande Forge et [mention manuscrite ajoutée] Petits Mills. Carte postale mise en circulation le 11 octobre 1910. Collection privée.Le Creusot. Vue prise du pont de la Direction. Carte postale mise en circulation le 11 mars 1911. Collection privée.

Un spectacle

Un spectacle

Le Progrès de Saône-et-Loire, 11 juillet 1915. ADSL PR 97/77

 

 

 

 

 

Le Creusot, usines Schneider, vue générale des usines. Carte postale mise en circulation le 30 décembre 1915. Collection privée.Le Creusot, hauts-fourneaux, aciéries et faubourg Marolle. Carte postale mise en circulation le 17 février 1916. Collection privée.Le Creusot. Vue panoramique de la Gare et montagne de la Marolle. Carte postale mise en circulation le 1er décembre 1916. Collection privée.Le Creusot. Usines Schneider. Cour de la chaudronnerie et station contrôle d'électricité. Carte postale mise en circulation le 29 décembre 1917. Collection privée.Le Creusot. Puits Manby et Fonderie d'acier. Carte postale mise en circulation le 11 juillet 1918. Collection privée.

Les productions creusotines pendant la Première Guerre mondiale

Les productions creusotines pendant la Première Guerre mondiale

Avant la guerre

« Avant la Guerre de 1914-1918 l’industrie des projectiles n’était que moyennement développée à l’Usine du Creusot, les Arsenaux devant assurer eux-mêmes la presque totalité des obus estimés nécessaires à l’époque. L’installation dont nous disposions, renforcée en 1906, avait été finalement conçue pour réaliser, en cas de guerre, la production journalière qui nous était demandée par le Ministère soit :

2 000 shrapnels de 75

150 obus de 155

à livrer finis en partant de métal Martin coulé et laminé au Creusot »

 

Dossier dactylographié de 23 pages.
11 août 1930.
Collection AFB 0064Z4376-01


Une coulée d'acier au Creusot

Une coulée d'acier au Creusot

Le Pays de France. Couverture du n°42 du 5 août 1915. Collection Ecomusée.

 

 

 

 

 

 

 

La revue Le Pays de France était initialement une publication mensuelle destinée à la promotion touristique. Parue pour la première fois le 10 mai 1914, elle s’est consacrée aux événements de la guerre.

Cette image correspond à l’une des étapes les plus spectaculaires de la production métallurgiques : le métal en fusion est coulé en poche avant d’être réparti dans des lingotières. Chaleur intense, flammes et projections sont un spectacle industriel impressionnant et la source de dangers pour les ouvriers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Pays de France.
Couverture du n°42 du 5 août 1915.
Collection Ecomusée.


Pendant la guerre

Pendant la guerre

Le Creusot. Essai d’un canon de 75mm/mm à tir rapide. Carte postale en circulation le 31 juillet 1913. Collection privée.

« Fabrication des projectiles pendant la Guerre

L’effort accompli par l’Usine du Creusot dans cette fabrication a été considérable et ses résultats ont dépassé toutes prévisions, non seulement par la production intense qui a été réalisée, mais aussi par la variété des calibres livrés, le concours apporté à tous les industriels entreprenant peu à peu la fabrication des obus et par les moyens employés pour faire face aux difficultés sérieuses du début de la guerre. […] Notre plus grande préoccupation a été d’arriver à livrer rapidement les obus dont on avait besoin. »[…]

« Cet effort est mis en évidence par le seul fait qu’au début de la mobilisation notre capacité de production était de 2 000 shrapnels de 75 et qu’en décembre 2014, c’est-à-dire 4 mois après, on sortait environ 10 000 tréfilés de 75 (O.E. bi-blocs) par jour ouvrable, après avoir réalisé antérieurement des productions de 4 500 et 7 000 O.E. par jour. »

 

« A partir du moment où nous avons disposé de tout notre outillage, les fluctuations de la production ont été la conséquence de l’approvisionnement en métal, ou de la modification des programmes.

Pour la sortie des obus finis, on peut compter approximativement, après tréfilage, les délais suivants :

-2 mois ½ pour shrapnels de petits et moyens calibres

-2 mois pour obus de petits et moyens calibres

-3 mois ½ pour obus de gros calibres »

 

Dossier dactylographié de 23 pages.
11 août 1930.
Collection AFB 0064Z4376-01. 

 

Le Progrès de Saône-et-Loire, 22 septembre 1916. ADSL PR 97/79

Les ateliers de constructions mécaniques

Les ateliers de constructions mécaniques

Ateliers de constructions mécaniques. Collection AFB SS1150-05-002.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les documents présentés correspondent aux deux premières pages d’une nomenclature de différents matériels militaires produits par l’entreprise Schneider.

Ils donnent un aperçu de quelques fabrications et de la diversité de l’offre pendant la Première Guerre mondiale.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Collection AFB

Ateliers de constructions mécaniques. Collection AFB SS1150-05-002.

Gros plan sur le service de l'artillerie

Gros plan sur le service de l'artillerie

Note dactylographiée. Collection AFB SS1150-05-09
Note dactylographiée. Collection AFB SS1150-05-09Note dactylographiée. Collection AFB SS1150-05-09

Gros plan sur la production de la fonte

Gros plan sur la production de la fonte

Collection AFB SS1150-05-012.
Collection AFB SS1150-05-012.Collection AFB SS1150-05-012Collection AFB SS1150-05-013.Collection AFB SS1150-05-013

Un exemple de visite aux usines du Creusot

Un exemple de visite aux usines du Creusot

Le Progrès de Saône-et-Loire, 11 juillet 1916. ADSL  PR97/79

Le Président de la République, Raymond Poincaré, accompagné du ministre de Guerre, Alexandre Millerand, se sont déplacés au Creusot (le 16 juin 1915), le sous-secrétaire d’Etat à l’Artillerie Albert Thomas est venu quant à lui trois fois dans les usines creusotines (novembre 1914, 23-25 août 1915 et 17 avril 1916). En plus de cette présence gouvernementale, le site a accueilli nombre de dignitaires et clients.

Un exemple, dont rend compte cette notice parue dans les « Nouvelles du département », Le Progrès de Saône-et-Loire, 11 juillet 1916 :

 

 

Icône Témoignage Ferrier, p.15 du livret 2 : du 1 juillet 1915 au 1 juillet 1916. "M. Poincaré, Président de la République, a été..."

 

 

  

 

 

 

Le Progrès de Saône-et-Loire, 
11 juillet 1916.
ADSL  PR 97/79


Visite de M. Albert Thomas aux usines du Creusot

Visite de M. Albert Thomas aux usines du Creusot

Visite de M. Albert Thomas, sous-secrétaire d'Etat à l'Artillerie et aux munitions. Collection AFB 01PHCHRONO1PF000627

Icône Témoignage Ferrier, p.15 du livret 2 : du 1 juillet 1915 au 1 juillet 1916. "M. Poincaré, Président de la République, a été..."


La rivalité avec Krupp

La rivalité avec Krupp

La rivalité avec Krupp. Carte postale (ca 1912?). Collection Ecomusée.

Il semble important de présenter ici le grand concurrent des Etablissements Schneider : l’entreprise Krupp, dont les productions ont été au cœur du conflit. L’article présenté ci-après fournit des indications précieuses sur le gigantisme des usines d’Essen, cœur de l’empire industriel Krupp, dans la Ruhr. Les effectifs des usines mentionnés dans cet article de 1916 (100 000 personnes) et la population urbaine (300 000 habitants) font du Creusot un monde lilliputien… L’apogée de la main d’œuvre au Creusot a été d’un peu plus de 20 000 personnes en avril 1917 (20 228 ouvriers, auxquels il faut ajouter les 1698 employés, mentionnés en janvier 1917*) ; au total les effectifs de l’entreprise Schneider, tous sites confondus furent évidemment plus important : dans son rapport présenté à l’assemblée générale de l’entreprise du 3 novembre 1915**, Eugène II Schneider indique que l’effectif de l’entreprise est de 35 000 personnes et « s’augmente chaque jour »

Le Progrès de Saône-et-Loire, 6 novembre 1916. ADSL PR97/79.

Les mutations de l'outil industriel creusotin

Les mutations de l'outil industriel creusotin

Etat en août 1916. Collection AFB SS 1150-05-11

L'adaptation et la modernisation de l'outil industriel

 

« En février 1915, on installe 2 presses de 150T (puissance choisie à dessein pour pouvoir percer à volonté le 75, le 90 ou le 105, celle nécessaire au 75 étant de 85T), construites très rapidement au Creusot avec des éléments de canons rebutés et des rognures de blindages […] On réalise une production journalière de 800 shrapnels de 75, 4 100 monoblocs de 75 et 640 monoblocs de 105. »

Collection AFB 0064Z4376-01

 

  

 

 

 

   

Presses et pilons. Fabrication des projectiles.
Engins installés depuis la mobilisation au Creusot.
Etat en août 1916. Collection AFB SS 1150-05-11


Albert Thomas, Le Progrès de Saône-et-Loire, 21 octobre 1916. ADSL PR 97/79

La nouvelle usine du Breuil

La nouvelle usine du Breuil

L'usine du Breuil - Acérie. Collection AFB

Le Breuil est une commune limitrophe de celle du Creusot sur laquelle de nouvelles installations industrielles furent édifiées, le site creusotin étant saturé.

« Aciéries du Breuil.
Dès le commencement de 1915, nous nous sommes rendu compte que les moyens de fortune employés pour augmenter notre production étaient insuffisants. La construction de petites unités avait eu l’avantage de fournir un appoint presque immédiat de métal, mais, l’augmentation de production qu’il était possible de réaliser par la création de nouveaux fours de petites dimensions n’était rien en comparaison des besoins toujours croissants de la Défense Nationale. L’Aciérie ancienne, resserrée dans le fond de la vallée, n’était plus susceptible d’aucune augmentation, il devenait nécessaire de créer, de toutes pièces, une nouvelle Aciérie. »

Collection AFB SS1150-05-012

« Une véritable centrale pour la fabrication intensive des O.E de 120 et 155 . […]
Les dates suivantes se passent de commentaires, quant à l’activité déployée pour l’installation de cette puissante usine :

- Prise de la décision   10 juillet 1915
- Commencement des travaux  25 juillet 1915
- Commencement de la mise en  marche  30 octobre 1915
- Fabrication industrielle  20 décembre 1915 »  

Collection AFB 0064Z4376-01 


Les établissements Schneider en 1916

Les établissements Schneider en 1916

Collection AFB SS 1150-05-01

Un état des fabrications réalisées par la nouvelle Usine du Breuil

 

« Malgré l’emploi d’un personnel non dressé à ces travaux, comportant en outre, une part importante d’étrangers (Chinois, Kabyles, Espagnols, Portugais, Grecs, Serbes) et 25% environ de main d’œuvre féminine, l’Usine du Breuil a battu le record de la production en O.E. de 155. En 1918, on a réalisé en moyenne 652 tréfilés par poste de 10h et par groupe de presse (1 perceuse et 1 tréfileuse) ; le rendement maximum a été de 842 tréfilés par groupe et par poste de 10h. »

 


Ce plan, daté de 1916 montre l’ensemble du site industriel. Les nouvelles constructions du Breuil (aciérie et ateliers de fabrication de matériel militaire) figurent en noir, aux numéros 27, 28, 29.

 


Inquiétudes...

Inquiétudes...

Albert Thomas, Le Progrès de Saône-et-Loire, 21 octobre 1916. ADSL PR 97/79

Partager sur Facebook