Grande collecte 14 - 18

Contributions de particuliers à la mémoire de la Première Guerre mondiale

En novembre 2013, une soixantaine d’institutions patrimoniales, dont les Archives départementales de Saône-et-Loire ont participé à «La Grande Collecte» de documents personnels sur la Première Guerre mondiale, organisée à l’initiative des Archives de France, de la Bibliothèque nationale de France, de la Mission du centenaire et d'Europeana 1914-1918.

Cet appel, lancé au public afin de valoriser les archives privées de cette époque et de partager ce trésor de mémoire, notamment par une mise en ligne des documents prêtés ou donnés, a connu un vif succès. Que tous les participants soient ici vivement remerciés.
C'est le résultat de cette opération qui est présenté dans cette rubrique.

Une sélection de documents de chaque contributeur est également consultable sur les sites www.europeana14-18.eu et www.lagrandecollecte.fr  

Nous vous invitons également à découvrir un autre exemple de partage et de valorisation de la mémoire locale sur la Première Guerre mondiale à travers l'initiative d'une publication et d'une transcription collaborative du carnet de guerre de Jean Marin, soldat de Saône-et-Loire. 
 

Résultats 1201 à 1225 sur 1559 :   <<<353637383940414243444546474849>>>

1559 résultats - Nombre de résultats par page :

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 6 octobre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 26 octobre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 24 novembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.


Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 5 novembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 10 novembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 12 novembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivaint essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.


Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 23 novembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 13 décembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 25 décembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.


Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 26 décembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon de décembre 1917.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Geoffroy, Claude

Lettre de Joseph Bourgeon du 1er janvier 1918.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait régulièrement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.


Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 19 janvier 1918.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 8 janvier 1918.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 18 avril 1918.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.


Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 23 août 1918.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 6 mai 1918.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.

Bourgeon, Joseph

Lettre de Joseph Bourgeon du 10 décembre 1918.
La famille Bourgeon, originaire de Tournus et environs (Saône-et-Loire) est une famille d’agriculteurs. Jean Bourgeon et Françoise Goujon se sont mariés le 19 avril 1890 à Tournus. Ils ont eu trois fils qui ont fait la guerre : Joseph le plus jeune, Eugène et Edmond. La famille a conservé les correspondances de Joseph (1916-1918) qui écrivait essentiellement à ses parents. Edmond était brancardier, Joseph, engagé, s’occupait des chevaux. Les trois frères sont revenus de la guerre.


Menut, Jules Henri

Jules Henri MENUT fut grièvement blessé le 28 août 1914 à Saint-Dié (Vosges). Provisoirement recueilli par une famille de Provenchères, il est fait prisonnier par les Allemands le 31 août. Durant sa captivité, il sera affecté dans différents camps dont Mannheim et Münsingen. Rapatrié début décembre 1918 en France, il est resté durablement marqué par cette expérience dont il parlait peu. En 1918, son frère aîné, Georges, est Mort pour la France le 25 avril et son jeune frère, Camille, est mobilisé. Après la guerre, il fut porte-drapeau lors des cérémonies d’anciens combattants.
Document présenté ici : radiographie de 1949 qui révéla de manière précise la localisation de la balle reçue.

Menut, Jules Henri

Captivité à Mannheim.- Jules Henri MENUT fut grièvement blessé le 28 août 1914 à Saint-Dié (Vosges). Provisoirement recueilli par une famille de Provenchères, il est fait prisonnier par les Allemands le 31 août. Durant sa captivité, il sera affecté dans différents camps dont Mannheim et Münsingen.

Menut, Jules Henri

Captivité à Münsingen.- Jules Henri MENUT fut grièvement blessé le 28 août 1914 à Saint-Dié (Vosges). Provisoirement recueilli par une famille de Provenchères, il est fait prisonnier par les Allemands le 31 août. Durant sa captivité, il sera affecté dans différents camps dont Mannheim et Münsingen.
Page 1/25, mai 1915, Henri MENUT se trouve tout à fait à droite (légèrement coupé).


Menut, Jules Henri

Documents envoyés du Front.

Menut, Jules Henri

Cartes postales envoyées du Maroc. Page7/8, troupes d'occupation du Maroc occidental.

Menut, Jules Henri

Captivité.- Jules Henri MENUT fut grièvement blessé le 28 août 1914 à Saint-Dié (Vosges). Provisoirement recueilli par une famille de Provenchères, il est fait prisonnier par les Allemands le 31 août. Durant sa captivité, il sera affecté dans différents camps dont Mannheim et Münsingen.


Menut, Jules Henri

Faire-part de décès d'Henri Menut.

Résultats 1201 à 1225 sur 1559 :   <<<353637383940414243444546474849>>>
Afficher/masquer